• Grâce à cet accord, la société développe ses activités internationales, qui représentent actuellement plus de 75 % de son chiffre d’affaires.

Madrid, le 11 juillet 2019.- 

La technologie de la société espagnole Satlink a été choisie par le gouvernement de la République de Kiribati en Océanie, pour numériser la gestion de son activité de pêche, une des principales sources de revenus de l’économie de ce pays. Il convient de rappeler que Kiribati possède l’une des plus grandes zones de pêche au monde et que ses eaux capturent environ 15 % des thons tropicaux du monde.

Dans le cadre du contrat signé avec le gouvernement de Kiribati, la technologie Satlink intégrera et numérisera toutes les informations sur l’activité de la flotte opérant dans les eaux de la République de Kiribati, en mettant en œuvre, dans une première phase, le système de surveillance des navires de pêche par VMS, qui permet une localisation permanente de la flotte, et le journal de bord électronique ERS, pour la déclaration de pêche aux autorités. Ces systèmes seront intégrés dans un centre de contrôle 100% numérisé qui a été développé sur mesure pour le ministère de la pêche et du développement des ressources marines de la République de Kiribati.
Ce nouveau système, qui sera opérationnel dans le courant de cette année, fournira une solution dotée de capacités de gestion avancées qui permettra au pays de gérer les licences de pêche et les ressources halieutiques, permettant ainsi un contrôle plus efficace de l’activité dans ses eaux.

Le projet prévoit différentes phases de déploiement qui intégreront de nouvelles fonctionnalités adaptées aux besoins de Kiribati et qui pourraient inclure des modules de gestion pour des pêcheries autres que le thon. Entre autres fonctionnalités, il est prévu d’inclure le système d’observation électronique EM, qui intègre des caméras numériques sur les navires afin d’améliorer la traçabilité, la certification et la durabilité des pêches.

Ce contrat est une nouvelle étape dans la stratégie de croissance de Satlink. En 2017, Artá Capital est devenu actionnaire pour promouvoir, avec son fondateur Faustino Velasco, le projet d’expansion internationale, qui représente actuellement plus de 75% du chiffre d’affaires de Satlink.

Ces dernières années, Satlink a réussi à doubler son chiffre d’affaires, qui a dépassé les 50 millions, et est confiant de réaliser une croissance à deux chiffres grâce à son engagement ferme en faveur de l’innovation dans ses principaux secteurs d’activité, notamment les bouées intelligentes pour la pêche, la communication par satellite à haut débit et les solutions de gestion axées sur la pêche pour les gouvernements. Cette croissance s’est également traduite par une augmentation de l’emploi, avec une hausse de 10 % de la main-d’œuvre au cours de la seule année dernière.

De même, dans le cadre de son plan de croissance, la société est également à un stade avancé d’acquisition de sociétés complémentaires, ce qui renforcerait sa présence de premier plan dans le secteur de la pêche et ses capacités de croissance futures.

À propos de Satlink
Fondée en 1992, Satlink est une société d’ingénierie espagnole et depuis sa création, elle est à la tête de la recherche, de l’innovation et du développement de solutions technologiques basées sur la communication par satellite dans les environnements terrestre, aérien et maritime, en s’efforçant tout particulièrement de contribuer à une gestion plus durable et plus responsable du secteur de la pêche. Basée à Madrid, Satlink a des bureaux aux Seychelles, en Équateur et à Fidji. www.satlink.es

À propos de l’administration de la pêche de Kiribati
Le gouvernement de Kiribati, par l’intermédiaire de son ministère de la pêche, gère un littoral de 1 296 km et la zone économique exclusive (ZEE) de 3,55 millions de km2 . Les exportations de poissons et de produits de la pêche constituent la principale ressource du pays, le thon étant la principale espèce d’exportation.
Les principales entreprises thonières mondiales, avec leurs senneurs et palangriers, opèrent dans la ZEE de Kiribati, en dehors de l’industrie de la pêche nationale de ce pays.