L’entreprise espagnole, pionnière de ce type de systèmes, montre les premiers résultats de l’application de l’IA avec des ratios de fiabilité supérieurs à 90%.

La société prévoit que cette technologie pourrait être utilisée sur plus de 53 000 navires de plus de 12 mètres de long dans le monde d’ici 2028, ce qui représente un marché potentiel de plus de 750 millions d’euros

Madrid, le 26 septembre 2018.- Satlink, une société d’ingénierie espagnole spécialisée dans les télécommunications par satellite et les solutions pour le contrôle et l’optimisation des activités de pêche, prévoit une application intensive de l’intelligence artificielle dans le secteur de la pêche, en particulier dans les systèmes de surveillance électronique des activités à bord. Concrètement, et selon les prévisions de la société, cette technologie pourrait être utilisée dans plus de 53 000 navires de plus de 12 mètres de long dans le monde d’ici 2028, contre 1 000 navires utilisant actuellement ce type de système, ce qui représenterait un marché potentiel de plus de 750 millions d’euros.

Selon les prévisions de Satlink, 38% de ce total correspondrait aux flottes asiatiques, 19% à celles de l’Union européenne, environ 10% à celles des Etats-Unis, le même pourcentage qu’en Amérique latine, 5% à l’Océanie (Nouvelle-Zélande) et 18% à différentes organisations, telles que les organismes de régulation des activités de pêche dans les différentes zones géographiques (ORP), les organismes internationaux ou les ONG.

Selon Satlink, l’Asie est sans aucun doute le marché qui connaîtra la croissance la plus accentuée en raison de la nécessité pour ces flottes d’adapter progressivement leur activité aux réglementations internationales, contrairement à des scénarios comme celui de l’Europe, où les flottes, y compris la flotte espagnole, sont transparentes dans leur activité et n’ont qu’à mettre à jour leurs systèmes. Il convient de noter que l’observation électronique permet de remplacer le travail de contrôle du respect de la réglementation en matière de pêche par des observateurs à bord, avec une fiabilité et une objectivité totales, au moyen d’un équipement d’enregistrement d’images qui permet ensuite une analyse avec les observateurs à terre.

Résultats des premiers essais pilotes d’IA
La société espagnole Satlink, pionnière dans l’application de systèmes de surveillance électronique à bord des navires avec sa solution SeaTube, a été la première à développer l’IA pour ce type de solution. Pour ce faire, elle a développé un algorithme d’apprentissage automatique qu’elle a intégré dans sa solution actuelle, avec des taux de fiabilité de plus de 90% et une réduction du temps de cinq à un dans l’analyse des images correspondant à 30 ensembles.

En gros, la solution de Satlink transmet les images enregistrées à bord des navires par l’équipement d’enregistrement au centre d’observation que la compagnie possède à Erandio (Biscaye), où des biologistes marins analysent les images et génèrent des analyses et des rapports pour les compagnies, les gouvernements et les institutions qui réglementent chaque pêcherie.

L’algorithme développé par le département R&D de Satlink permet, sur la base de différents paramètres basés sur le GPS (temps, coordonnées, vitesse et cap), la détection automatique de différents événements à bord, tels que les filets, et permet également de détecter et d’identifier les captures de poissons, en utilisant la technologie de reconnaissance d’images ; cela se traduit par une réduction significative du temps et des coûts liés à l’observation de l’activité des navires de pêche.

Satlink a publié les résultats préliminaires de ces progrès lors de la conférence scientifique annuelle (ASC 2018) organisée cette semaine à Hambourg par le Conseil international pour l’exploration de la mer (CIEM), dans le but d’améliorer la connaissance des écosystèmes marins et de rendre compte de la gestion durable des activités humaines affectant ces écosystèmes.

À propos de Satlink
Fondée en 1992, Satlink est une société d’ingénierie espagnole spécialisée dans les télécommunications par satellite. Satlink, qui a des accords avec les réseaux mondiaux de satellites Inmarsat, Thuraya et Iridium, est un leader mondial en tant que fournisseur de solutions technologiques pour le secteur de la pêche et commercialise également des solutions de communication par satellite dans l’environnement terrestre et aérien. Basée à Madrid, Satlink a des bureaux aux Seychelles, en Équateur et à Fidji. www.satlink.es